samedi 9 juin 2012

Visite insolite de Barcelone à vélo. Le petit journal.com parle de nous

Mercredi 6 juin nous avons prit rendez-vous sous les moustaches du chat de Botero (Rambla del Raval) avec la jolie Lucie Barras, journaliste stagiaire au petit journal.com.

Voici l'article qu'elle a écrit sur notre petite aventure vélocipédique:


Deux routards barcelonais vous emmènent à vélo
Il y a un peu plus d'un mois, Lucie et François ont lancé un service de visites guidées de la ville, sur deux roues et en français. Grands spots touristiques, et surtout recoins en marge de la Rambla, en 3 ou 4 heures, chacun a droit à un itinéraire personnalisé. Belles rencontres garanties.
A Barcelone, quantité d'agences de « bike tours », emmènent chaque jour les touristes visiter la cité à bicyclette. Lucie et François, Barcelonais d'adoption depuis une quinzaine d'années et pédaleurs quotidiens ont cependant remarqué deux choses : presque aucune de ces agences ne propose un service en français, et surtout, les parcours sont toujours les mêmes : Gaudi, tapas et playa. Il y a un mois et demie, ils se sont lancés dans l'aventure « Barcelone à vélo ». Des escapades à vélo destinées aux Français désireux de sortir des sentiers battus. François ne débute pas dans l'accompagnement des touristes à vélo, moniteur-guide pour une agence depuis longtemps. Mais cette fois, il trace « sa » route.
Une ville-vélo
Dans la vie de tous les jours, métro et voiture ne font pas partie du vocabulaire des deux entrepreneurs. « Il est facile de  pédaler à Barcelone, le climat et la topologie s'y prêtent. » Mais il n'en a pas toujours été ainsi, comme le rappelle Lucie « Lorsque nous sommes arrivés, les pistes cyclables étaient rares, il régnait une culture de la voiture et de la moto. Finalement, le vélo s'est imposé, ça allait de soi. » Un essor lié aussi au développement de l'écologie. Pourtant, deux obstacles empêchent Barcelone de devenir une ville-vélo, comme certaines cités du Nord de l'Europe : la difficile cohabitation des vélos et piétons sur les trottoirs, et surtout les nombreux vols.
La Barcelone qu'ils ont vue changer
François et Lucie sont amoureux de leur ville et veulent faire découvrir la Barcelone qu'ils ont vu changer. « Les Parisiens trouvent hallucinant la façon dont cette ville bouge sans cesse », s'exclame le premier, avant d'être enchérit par Lucie : « Beaucoup d'icônes de la ville récentes se sont bien intégrées au paysage, malgré les polémiques. Il y a 20 ans, pour les Français, Barcelone faisait partie du tiers monde. » L'Euro, la spéculation immobilière, les Jeux Olympique et les flux migratoires, autant d'évènements qui ont forgé les quartiers. Les deux expatriés se souviennent de leurs débuts, dans le Ravel « Il n'y avait que des Catalans, et les loyers ne coutaient rien. Petit à petit, le quartier s'est « boboïsé ». Poble Nou et ses cicatrices de la Guerre civile, la déchéance de la vie alternative dans le Raval, les quartiers-villages, les anecdotes comme les immanquables, François et Lucie souhaitent raconter leur épopée barcelonaise, à travers une route adaptée à chaque client. Et dans une langue adaptée ! Car « Les Français parlent français ».
Un début positif
A première vue, le « client » de « Barcelone à vélo » a plus de 30 ans et prise le tourisme culturel. Les jeunes se tournant plus vers un tourisme low-cost et improvisé. « Mais il est arrivé de voir un groupe de jeune le matin, red-bull à la main et mal de crâne, après une nuit de fête », se souvient François. « Je veux leur montrer les deux aspects de Barcelone, leur expliquer que ça n'est pas forcément le paradis qu'il imaginent ». Un début positif, grâce à l'aide et aux conseils de leur « grande famille » du vélo. « Nous avons crée un blog, une page facebook. Ca prend du temps de se faire connaître », explique Lucie. Mais les premiers clients sont partis ravis, en plus d'avoir rencontré un bout de Barcelone, les voilà gonflés d'un sentiment de liberté : l'effet Barcelone à vélo.